Un restaurant scolaire écologique pour les futures générations

La ville de Loos a souhaité innover en mettant en service dès 2020 un futur restaurant scolaire dit "passif".

Ce futur restaurant scolaire entrera en service à Loos en 2020 et servira aux enfants des trois écoles (Anatole-France, Curie et Michelet) situées place Jean-Jaurès. Cet équipement de plus de 600 m2 s’élèvera sur le stade qui se trouve derrière Anatole-France. Ainsi, plus de 200 enfants des deux écoles primaires Curie et Michelet et de la maternelle Anatole-France déjeuneront régulièrement dans cette cantine composée d’une grande salle, d'un self pour les primaires, de cuisines et de locaux de stockage.

Ce futur restaurant scolaire sera le premier certifié « passif » en France ce qui se traduit par un fonctionnement en matière de chauffage qui n'aura recours à aucune énergie nucléaire. La façade sera végétalisée et un système de fossé sera créé sur le terrain afin de permettre une infiltration lente des eaux. Un travail sur l’acoustique sera également entrepris pour bénéficier d'un confort optimal. Le bâtiment à ossature bois et dalle de béton sera orienté sud-est pour bénéficier au mieux des apports solaires, être économe en énergie et ne pas être trop chaud pendant la période estivale.

Il sera équipé de triple vitrage, d'une isolation par ouate de cellulose, de panneaux solaires photovoltaïques et d'une toiture végétalisée. Il y aura deux centrales d'air différentes, l'une pour la salle, l'autre pour la cuisine et les espaces techniques. Celle-ci récupérera la chaleur issue du réchauffage des aliments. Les travaux de cette cantine écologique à la pointe de la technologie ont débuté en mars 2019 et devraient s'achever en 2020. Cet établissement servira également de tremplin éducatif pour les futures générations. Les enfants pourront par exemple manger en terrasse, trier leurs déchets ou cultiver un petit potager. De belles valeurs qui serviront la vie en collectivité. Le futur est déjà là !

Page 11 Point écoles - Restaurant passif 2.jpg

(c) Photos Vincent DELSINNE Architectes

Financement du projet

Le coût de ce projet s’élève selon les prévisions à 2 millions d’euros avec un montage financier qui prévoit une participation hauteur de la ville à de 705 000 € et donc des subventions de l’Europe (fonds FEDER pour environ 617 000 €) et de l’État (environ 705 000 €).