Prévention de la VIOLENCE ET de la DÉLINQUANCE

Présentation du Conseil Intercommunal de Sécurité et de Prévention de la Délinquance Loos Haubourdin Emmerin.

Un C.I.S.P.D, qu’est-ce que c’est ? 

Il s’agit d’une instance de concertation, de réflexion et d’élaboration de stratégies coordonnées de lutte contre la délinquance. Le C.I.S.P.D s’inscrit dans la loi du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance. 

Pourquoi avec 3 communes ?

Le C.I.S.P.D Loos-Haubourdin-Emmerin est né d’une volonté commune : assurer le bien-être des habitants de chacune des villes le composant. Cette intercommunalité va permettre la mise en commun des problèmes, moyens, solutions et réflexions ; et ainsi une action plus efficace. Un coordinateur a été désigné : il s’agit du responsable de la prévention à la Ville de Loos. C’est lui qui pilotera les projets menés par le C.I.S.P.D et sera l’interlocuteur des membres de cette instance. 

Quels sont les grands axes de travail définis par le C.I.S.PD Loos-Haubourdin-Emmerin ? 

Dans un premier temps, l’objectif sera d’affiner le diagnostic de la délinquance sur les 3 communes par des observations sur le terrain. Cette étape se fera en concertation avec les partenaires principaux : la Police Nationale, les travailleurs sociaux, l’Education Nationale, les bailleurs sociaux et la Police Municipale. Les priorités du C.I.S.P.D vont concerner : les rassemblements perturbateurs avec consommation d’alcool et autres produits, la délinquance et les nuisances engendrées par les deux roues et l’atteinte à la qualité de vie des habitants, notamment les atteintes aux biens. 

Pourquoi les actions menées par le C.I.S.P.D ne sont-elles pas toujours visibles ?

Tout simplement parce que la prévention de la délinquance et la sécurité des habitants est sujette à une volonté de discrétion. Ce qui peut être vu parfois comme de l’inaction est, bien souvent, le fruit d’un souhait de rester discret sur certaines opérations et réflexions pour une efficacité optimale. En permanence, la Ville de Loos avec les communes d’Haubourdin et d’Emmerin travaille pour améliorer la sécurité et la qualité de vie des habitants : par des échanges réguliers entre la Police Nationale et la Police Municipale, des structures d’accompagnement comme l’aide aux victimes, des actions menées dans le cadre de la prévention de la récidive, ou encore des interventions auprès des jeunes en milieu scolaire.

Contacts :

  • Stéphane GELDOF, coordinateur technique
  • Véronique HORVILLE, assistante administrative 
    03.20.10.40.61
DISPOSITIFS MIS EN PLACE

Permanences d'aide aux victimes

Ce dispositif accueille toute personne victime d’une infraction pénale (vol, violences, agression sexuelle….) ou d’un accident de la circulation, sans conditions de ressources, de lieu de domicile et quelque soit le caractère de gravité.

Des professionnels répondent gratuitement aux attentes des victimes par :

  • Un accueil et une écoute privilégiée
  • L’identification des difficultés rencontrées (sentiment d’isolement, souffrance psychologique, méconnaissance du droit…)
  • Un soutien psychologique
  • Une information sur les droits (droit pénal, procédure pénale, organisation judiciaire, constitution de partie civile, aide juridictionnelle…)
  • Des renseignements sur l’indemnisation du préjudice subi (prélèvement sur le pécule du prisonnier, huissier, Commission d’Indemnisation des Victimes d’Infractions, exécution des peines…)
  • Une orientation vers les partenaires spécialisés (avocat, huissier, services sociaux, services médico-psychologiques, associations spécialisées en matière de violences conjugales, droit des femmes, conciliateur de Justice…)

Ce dispositif est géré par l'association intercommunale d'aide aux victimes et de médiation. Les permanences pour l'aide juridique  se déroulent (de préférence sur rendez-vous) : 

  • les 1er et 3ème mercredis de chaque mois de 14h à 17h à l'antenne mairie les Oliveaux
  • le 2ème mercredi de chaque mois de 14 h à 16 h, à l'hôtel de ville
  • L'aide psychologique s'effectue au siège de l'association, à la maison de la Médiation et du Citoyen, hôtel de ville, place Roger Salengro, à Lille (03 20 49 50 79).

Vidéo-protection

En 2014, la municipalité réceptionnait ses 31 caméras réparties sur 11 sites : principales entrées de ville, centre-ville et centres de quartier, la gare et les abords des collèges. 

UN BILAN POSITIF

Deux après, le bilan est positif : c'est devenu un outil incontournable pour la police municipale mais surtout pour les différents services de police nationale et de gendarmerie, qui dans le cadre de procédures judiciaires, sollicitent très régulièrement des extractions d'image à des fins de résolution de délits. 

Face à ce bilan et avec la volonté d'améliorer le dispositif existant, la municipalité a décidé avec la ville d'Haubourdin, d'engager une seconde phase de déploiement de caméras. 

Fort de cette première expérience, les objectifs seront de conforter et de réadapter l'existant d'une part, et d'équiper de nouveaux sites sensibles d'autre part. Ce travail est mené sous la houlette de monsieur Armand Fornaciari, adjoint au maire délégué, avec les services compétents dont la police municipale et le service informatique et l'expertise des référents sûreté de la Police Nationale. 

Enfin, la ville a fait part de son intention par voie de délibération du conseil municipal, de s’inscrire dans le groupement de commande proposé par la Métropole Européenne Lilloise pour l'acquisition de matériel de vidéo-protection. Objectif : bénéficier des meilleurs tarifs pour un matériel de qualité !

Ces moyens permettent notamment de visualiser les circulations de scooters ou d’engins motorisés non homologués, comme de constater les incivilités commises sur les sites équipés.

Depuis plus d’un an nous négocions pied à pied auprès de la préfecture l’autorisation pour nos agents de police municipale assermentés, de vidéo-verbaliser dans ces types de circonstances.